9h-12h30 / 13h30-22h(18h le samedi) - 6j / 7j


Je ne connais pas l'immatriculation

Carte grise pour véhicules BMW

BMW, pour « Bayerische Motoren Werke », est une entreprise bavaroise créée en 1916. Mondialement connue pour ses productions sportives et luxueuses, elle était à l’origine une usine de moteurs d’avion, d’où son emblème en forme d’hélice en mouvement sur fond de ciel bleu. Retour sur l’histoire de ce constructeur allemand.

Vous recherchez un modèle précis de la marque carte grise pour les modèles du constructeur BMW ?

Une existence mouvementée

Originellement fabricant de motos et motoriste d’avion, BMW n’a fait son entrée dans le secteur de l’industrie automobile qu’en 1928, suite au rachat de la firme Dixi. Son existence commença par la fusion de deux marques spécialisées dans la conception de moteurs d’avion, l’une détenue par Gustav Otto et l’autre par Karl Friedrich Rapp.

Les deux hommes d’affaires se sont liés tout d’abord pour fonder la « Bayerische Flugzeugwerke Werke » (BFW). Cependant, des dissensions en interne ont fragilisé cette nouvelle entreprise qui accueillit de nouveaux acteurs l’année suivante. Sûrs de leurs choix, ces derniers ont opéré d’importants changements, à commencer par renommer la société « Bayerische Motoren Werke » (BMW). C’est à ce moment précis que le constructeur que l’on connaît actuellement s’est doté de son logo en forme d’hélice dans les couleurs de Munich, le blanc et le bleu.

Avec la Première Guerre mondiale en fond, BMW, comme bon nombre d’entreprises, a participé à l’effort de guerre en développant pour sa part des moteurs d’aviation. La situation de la société était tellement au plus bas que ses modèles ont été produits sous licence au sein d’autres entreprises. Elle a dû investir 15 années de labeur pour renaître.

Au fil des années, BMW a eu la force de se renouveler. Ce n’est qu’en 1936 qu’elle a finalement goûté à la reconnaissance, notamment avec la BMW 328, une voiture emblématique de 830 kg qui pouvait atteindre les 150 km/h.

Un passé bien oublié

Malgré tout, la situation est restée délicate pour le constructeur, les Américains ayant décidé de démanteler certaines de ses usines. Au moins 4 000 machines auraient ainsi été perdues par BMW. L’usine d’Eisenach s’est retrouvée en territoire soviétique et celle de Munich débuta une production de pièces agricoles en 1947.

Ne se laissant pas abattre, BMW a exprimé le désir de relancer une production automobile, mais les alliés lui opposèrent un refus catégorique pour qu’elle se consacre aux motos dès 1948. 9 500 unités ont été produites cette année. Malgré le double d’exemplaires fabriqué en 1950, l’entreprise n’arrivait toujours pas à remonter à la surface ni répondre à la demande.

Peu de gens savaient alors que les bureaux d’études de BMW développaient en secret une petite voiture populaire équipée d’un moteur de motos. Le projet 331 s’inspirait en majeure partie de la Fiat Topolino, mais resta au stade d’une simple idée. Quand Hanns Gewening s’est installé à la direction de BMW en 1951, il définit les grandes lignes de la BMW 501. La production n’a débuté qu’à la fin de l’année suivante, mais les carrosseries avaient été produites chez BAUR, BMW ne disposant toujours pas de l’outillage nécessaire.

Un constructeur touche à tout

L’histoire de la société aurait pu s’arrêter là sans la détermination d’ouvriers et de cadres passionnés qui ont relancé la chaîne de production en fabricant des ustensiles de cuisine. En effet, la firme devait impérativement se diversifier afin de survivre. Meubles, machines agricoles et autres fabrications de sous-traitance ont alors occupé les chaînes, sans apaiser la frustration des meilleurs motoristes et ingénieurs de l’époque.

Malgré ses déboires, BMW a su se relever de son passé. L’année 1972 marqua son comeback symbolique dans l’univers sportif automobile grâce à son implication dans la Formule 2. La reprise de la construction de motos des années plus tôt, en 1948 était, sans que personne ne s’en doute, a été un premier signe du redémarrage industriel de l’entreprise. C’est lors d’événements sportifs que la marque allemande BMW a gagné sa notoriété, tant grâce à ses automobiles que ses motocyclettes.

BMW n'est pas uniquement un constructeur automobile. Il intègre également une division deux roues : BMW Motorrad. Cette dernière propose une large gamme de motos et de scooters. C'est avec le C1 que BMW est revenue sur le devant de la scène (avec ce dernier vous pouviez rouler sans casque). Pour concurrencer l'insolent T-MAX, BMW a répliqué avec le 65O GT et le 600 sport. Se projetant vers l'avenir, elle fait partie des premières marques (à l'instar de Vectrix) à proposer un scooter tout électrique : le C-evolution, qui propose une autonomie de presque 100 kilomètres.

BMW n'a jamais hésité à effectuer son retour sur quatre roues. La filiale BMW Motorsport Gmbh débute son activité avec la Supercar M1 dotée d’un moteur 6 cylindres en ligne qui pouvait atteindre une vitesse de 262 km/h. Au début des années 90, le modèle Roadster Z3 avec une boîte manuelle 5 vitesses reliée à une propulsion décroche un succès mondial. S’ensuivit la production du modèle X5, un SUV haut de gamme qui concurrencera directement la Range Rover Sport, la Mercedes-Benz ML, l’Audi Q7 ou encore le Volkswagen Touareg.

BMW rachètera par la suite de nombreuses marques, comme le constructeur allemand Glas en 1966 ou encore la luxueuse marque automobile Rolls-Royce en 1998. Elle rachètera également Husqvarna en 2007, un fabricant de motos suédois qui appartenait jusqu’alors au groupe MV Augusta, marque de motos italienne. Elle s’associera finalement au groupe Daimler en 2018 afin de proposer des services de mobilité novateurs.

Les véhicules BMW les plus populaires

BMW est aujourd’hui un constructeur dont les modèles sont très appréciés des français. Concurrent direct de Mercedes-Benz, Audi et même le constructeur scandinave Volvo, on retrouve parmi les modèles les plus populaires :

Au cours des 20 dernières années, plusieurs modèles légendaires de BMW sont entrés dans l’histoire de l’automobile. On pense notamment à la microcar BMW Isetta en 1954, la BMW 2800 en 1968, la BMW Série 5 en 1972 ou encore la compacte BMW Série 1 en 2004, concurrente directe de l’Audi A3.

Le futur électrique chez BMW

La marque haut-de-gamme BMW a elle aussi pris le virage des modèles « propres » avec la BMW i3 ou encore la magnifique BMW i8, disponible en coupé ou en roadster. Ces véhicules électriques permettent à leurs propriétaires de bénéficier d’une exonération sur le tarif de leur certificat d’immatriculation. En effet, en fonction de la région de résidence du titulaire de la carte grise, les véhicules propres sont exonérés ou non de la taxe sur les véhicules polluants.

Carte grise BMW

Depuis 1998, les détails du coût de la carte grise sont basés principalement sur la puissance fiscale du véhicule (indiquée dans le champ P6 de la carte grise) et sur son taux de rejet de CO2 (dans le champ V7). Le nombre de chevaux fiscaux servira de base de calcul pour la taxe régionale et le taux de CO2 définira le montant de la surtaxe CO2 (voitures d’occasion) ou le bonus/malus écologique (voitures neuves).

Facilitez-vous la carte grise avec carte grise minute, en gagnant du temps et en économisant votre argent.